Login

Les AMAP de Provence accueille la première rencontre URGENCI "vers un réseau méditerranéen des Partenariats Locaux et Solidaires"

Le 29 février et les 1er et 2 mars, URGENCI accueille à Marseille des acteurs des Partenariats Locaux et Solidaires du pourtour Méditerranéen dans le cadre d’un projet pilote financé par la FAO.

> Cadre général : Historique du partenariat Urgenci-FAO

Le réseau Urgenci se construit depuis 2004 comme un réseau international d’acteurs de terrain, citoyens, producteurs et consom’acteurs, porteurs de cette approche économique alternative que sont les Partenariats Locaux et Solidaires entre producteurs et consommateurs (PLS).

Qu’on les appelle Community Supported Agriculture (CSA) aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Chine, Agriculture Soutenue par la Communauté au Québec, Teikei au Japon, Solidarischelandwirtschaft en Allemagne et Autriche ou Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP) en France, ces partenariats reposent tous sur un contrat entre un ou plusieurs paysans et un groupe de consommateurs, qui permet aux uns de vivre dignement et aux autres de manger des aliments dont ils savent qu’ils sont frais et de qualité. Ces Partenariats Locaux et Solidaires (PLS) sont un outil pour construire une plus grande solidarité entre les communautés urbaines et rurales ; ils constituent des solutions locales aux problèmes communs auxquels sont confrontés paysans et mangeurs du monde entier. En effet, les paysans endossent trop souvent seuls les risques d’un marché agricole mondialisé et financiarisé qui force des millions de paysans vers l’exode rurale, l’injustice sociale et une crise alimentaire. Les consommateurs se trouvent de plus en plus privés du choix de « manger local », avec l’installation massive de la grande distribution et l’importation d’aliments trop souvent hautement transformés. Or, la réalité est que la vaste majorité des régions du monde peut nourrir la population locale. Il s’agit d’instaurer une approche locale de souveraineté alimentaire qui le permet. Les CSA offrent des alternatives encourageantes à un tel choix ; ils sont le seul modèle de l’agriculture dans lequel les consommateurs s’engagent consciemment à partager les risques et les avantages d’une agriculture agroécologique avec les paysans.

Un des objectifs clés du réseau international Urgenci est de repérer les nombreuses expériences de CSA de par le monde et de les faire dialoguer afin d’aider à promouvoir le plus largement possible ce type de partenariat comme une des solutions efficaces aux dérèglements des marchés mondiaux de production et de distribution alimentaires. Ce faisant, il entend participer aux efforts menés par de nombreuses organisations de la société civile pour instaurer la souveraineté alimentaire et l’économie solidaire, deux des piliers principaux de l’agroécologie. Urgenci mène de nombreuses actions de plaidoyer visant à mettre en lumière le rôle important que peut jouer l’alliance forte des producteurs et des consommateurs au sein des CSA. Depuis 2012, le réseau participe au Mécanisme de la Société Civile1 (MCS) du Comité de la Sécurité Alimentaire de la FAO où il représente le secteur des consommateurs. Les membres travaillent aussi avec leurs alliés au sein du Comité International de Planification pour la Souveraineté Alimentaire (IPC) qui regroupe de nombreux mouvements sociaux.

C’est à la suite de ce travail intense au sein du MCS que la FAO a récemment proposé à Urgenci de financer un premier projet pilote visant à « promouvoir les échanges de bonnes pratiques entre systèmes alternatifs de production et de distribution alimentaire et participer au renforcement des initiatives des citoyens ruraux et urbains qui visent à mettre en place des systèmes de distribution alimentaire durables2. » C’est pour le réseau une grande chance car, si Urgenci est présent sur les cinq continents et très actif dans certaines régions (notamment l’Europe et l’Asie), le défi est maintenant de renforcer la dynamique des CSA là où elle est encore peu présente. Cela correspond aussi à la possibilité d’augmenter la sécurité alimentaire dans des régions et pays cibles de la FAO.

> Pourquoi la région méditerranéenne ?

Urgenci a choisi comme terrain pour ce projet pilote, la Méditerranée. En effet, suite à la sollicitation de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur de participer à la première MedCOP3 à Marseille en juin dernier, Urgenci - grâce à l’implication forte de trois de ses partenaires : Les AMAP de Provence, réseau régional du Miramap (France), les Swani Tiqa (Maroc) et les GAS (Italie) – s’est mobilisé pour être présent : la lutte contre le changement climatique est naturellement une finalité des CSA, fondés sur la coopération et l’harmonie avec la nature (agriculture à faible impact, sans utilisation d’intrants chimiques couplé avec une distribution locale avec un minimum d’emballages). En participant au mouvement de relocalisation de l’économie, les CSA soutiennent le maintien et le développement de l’agroécologie à travers l’agriculture paysanne et la relation étroite avec les consommateurs locaux. Il contribue aussi largement à une plus grande biodiversité, dans l’intérêt des générations futures.

A cette occasion, Urgenci s’est engagé à renforcer ses partenariats avec les initiatives du pourtour de la Méditerranée et à mettre en place des échanges d’expériences et de pratiques, pour aboutir, à terme à la création d’un réseau méditerranéen des PLS. Notre proposition figure au cœur de l’Agenda Positif méditerranéen, comme une des solutions à l’enjeu n°5 : Renforcer la solidarité pour des villes et des territoires durables.

L’obtention de fonds, grâce à la signature fin novembre 2015 d’une lettre d’accord avec la FAO, a rendu possible la tenue d’une première réunion exploratoire à Paris le 7 décembre 2015, en marge de la COP21, entre Urgenci, le Réseau des Initiatives Agroécologiques au Maroc, le pôle « Pourtour méditerranéen » de Terre & Humanisme et le Réseau Les AMAP de Provence. L’objectif était de préparer l’organisation d’une première rencontre d’échange d’expériences. Celle-ci aura lieu du 29 février au 2 mars 2015, accueillie par le réseau Les AMAP de Provence à Marseille.


0 reponse pour sujet, 0 au total




Dans la même rubrique

3ème atelier cuisine chez Boudiou (Marseille)
6ième fête des AMAP du Pays d’Aubagne et de l’Etoile
Conférence de Pierre Rabhi au Lycée d’Aix Valabre le 31 mars 2016
Le Lycée agricole d’Aix-Valabre organise une journée sur le thème de l’agroécologie. Des stands, des (...)
Jeudi 17 Novembre : Ciné-débat organisé par l’Amap de Miramas "La Guerre des graines"
L’atelier cuisine "spécial panier d’AMAP" chez Boudiou (Marseille)
Les AMAP de Provence ont demandé à Florent Joyaud, chef du restaurant "Boudiou" d’animer un (...)
Lilian Estienne, maraîcher en AMAP et paysan-conseil
Le magazine Vegetable a interviewé Lilian Estienne, maraîcher en AMAP installé à Saint-Andiol (84). (...)
Projections AlimenTERRE à Guillestre (05) le 14 nov et Eygliers (05) le 23 nov